Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Zone Industrielle : l’échangeur, et des bus, vite !

Zone Industrielle : l’échangeur, et des bus, vite !


La mobilité, l’accessibilité : le nœud de tous les problèmes pour tous les chefs d’entreprises de la Métropole Lilloise. Et aussi pour ceux de la Zone Industrielle de Lille-Seclin, bien sûr, et leurs 8.000 salariés ! Lors de l’assemblée générale de l’ASPUZILS (Association Syndicale des Propriétaires et Usagers de la Zone Industrielle Lille-Seclin), c’est le sujet majeur qui a été abordé, le 28 janvier, dans les locaux du fleuron informatique ATOS Worldline, par la présidente, Sylvie Sézille de Mazancourt, et tout le bureau de l’association de gestion du parc d’activités. En présence d’une cinquantaine d’entrepreneurs de Seclin et des autres versants de la Métropole, mais aussi des maires et élus des communes sur lesquelles est implantée la Zone Industrielle : Bernard Debreu, maire de Seclin, Alain Pluss, maire de Wattignies, Frédéric Baillot, maire de Templemars, et Marc Dupré, adjoint de Noyelles-les-Seclin.

Redynamisation de la ZI

« C’est de plus en plus difficile d’accéder à la Zone Industrielle. Nous avons rencontré le Préfet en juin dernier pour exiger l’échangeur de Templemars, mais il est implacable sur les champs captants », a relaté la présidente. Le maire de Seclin, portant la voix unanime des élus, a redit que « le Préfet a pourtant affirmé que la parole de l’Etat, c’est-à-dire la création de l’échangeur, serait respectée, d’autant que cet échangeur est d’ores et déjà financé dans le contrat de plan Etat-Région-Métropole. Maintenant, le Préfet et la MEL parlent avant tout de la protection de la ressource en eau potable, les champs captants… Tout à fait d’accord ! Mais il faut qu’ils trouvent des solutions pour que les zones d’activités économiques soient accessibles. »

Se pose donc également la question centrale de l’amélioration des transports collectifs. « Actuellement, il n’y a pas assez d’arrêts de bus dans la Zone, ni assez de pistes cyclables. Et le covoiturage ne peut pas être la seule solution, car les entreprises n’ont pas les mêmes horaires », constatent les chefs d’entreprises.

Bernard Debreu leur a indiqué que « la gare pôle d’échanges de Seclin sera un outil important de mobilité quand la seconde phase de création sera terminée. De même, la MEL va lancer une enquête publique sur les transports collectifs. C’est le moment pour les entrepreneurs de faire remonter leurs besoins. »

Enfin, notons que la MEL a décidé de consacrer « 2,3 millions d’euros pour la redynamisation de la Zone Industrielle », en rénovant les rues, et en créant des pistes cyclables, ainsi que des coussins berlinois là où il n’y en a pas encore, côté Noyelles-les-Seclin.