Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Visite du cimetière de Seclin avec l’Office de Tourisme

Visite du cimetière de Seclin avec l’Office de Tourisme


Une quinzaine de Seclinois ont participé, lundi 2 novembre, à la visite du cimetière du centre proposée par l’Office de Tourisme. L’occasion de découvrir ou redécouvrir un lieu dont des centaines d’histoires sont gravées dans le marbre.

"Je ne pensais pas qu’il y avait autant de choses à découvrir dans le cimetière de Seclin", s’étonne encore un des visiteurs lors de l’exceptionnelle visite organisée par l’Office de Tourisme de Seclin et ses environs. Une pérégrination qui a donné l’occasion de croiser des monuments marquants de l’histoire de la commune.

A la commande de ce rendez-vous baptisé « Art funéraire et histoire Seclinoise », Maxime Calis, le guide de l’Office de Tourisme. Durant une heure, et après être passé sous la porte monumentale du cimetière, qui au passage était l’ancienne maison du gardien des lieux, bâtiment construit en 1808 par Benjamin Dewailly sur un modèle de l’Égypte antique, les amateurs d’histoire locale ont pu croiser d’anciens grands Seclinois et industriels de la région. Parmi les nombreux exemples, la famille Duriez, dont l’ancien maire avait fondé la filature éponyme ou encore la famille Lepoivre, fondateur de la brasserie dont il reste des traces rue Jean-Jaurès.

Une mise en lumière passionnante qui a permis de découvrir ou redécouvrir certains aspects de ce lieu symbolique de la commune comme l’étonnant Christ sur la croix dont la tête n’est pas tournée dans un sens conventionnel, ces représentations de sabliers ailés affichant le temps qui passe, ou encore ces statues qui avec le temps et le choix des sculpteurs semblent pleurer les défunts sous l’effet de la pluie. Sans oublier, dans une parcelle attenante, le cimetière militaire où se trouvent les 1.180 tombes de soldats allemands morts durant la Première et le Seconde Guerre Mondiale.

« Une passionnante page de culture locale », concluaient les observateurs du jour. En témoigne encore la dernière tombe croisée lors de cette visite, celle de Gaston Criel, grand écrivain, secrétaire d’André Gide et ami de Jean-Paul Sartre, qui repose en paix dans le cimetière seclinois depuis janvier 1990.

Portfolio