Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Une unité pour apaiser les traumatismes

Une unité pour apaiser les traumatismes


C’est un travail humaniste et formidable qui a été effectué par l’équipe médicale de l’Unité de Réhabilitation Cognitivo-Comportementale (URCC) du Groupe Hospitalier de Seclin-Carvin.

JPEG - 253.3 ko
Le président du Conseil de Surveillance, Bernard Debreu, et toute l’équipe de l’URCC, qui s’occupe des patients atteints d’Alzheimer

Une aile du Pavillon Roger-Pratz de l’hôpital de Seclin a été complètement repensée et réaménagée pour accueillir dans « la dignité et la bientraitance » les personnes âgées souffrant de troubles comportementaux dus à la maladie d’Alzheimer ou de démences apparentées.

En plus des 12 chambres personnalisées, une cuisine et une salle à manger ont été installées « avec service à l’assiette comme à la maison », ainsi qu’un espace de détente lumineux avec des fauteuils confortables, une télé, une terrasse qui donne sur la plaine du Mélantois, et même un espace « snoezelen » avec une baignoire « pour se relaxer ».

Apaiser les traumatismes de la vie

Mercredi 2 mars, une inauguration informelle et conviviale a permis de découvrir cette nouvelle unité qui a été imaginée par toute l’équipe médicale à partir des besoins concrets des familles et des patients, qui passent quelques jours ou quelques semaines dans ce lieu, avant de rentrer chez eux ou d’être admis en EHPAD.

En présence de toute l’équipe de l’URCC, du docteur Emmanuel Bernachon, Chef de Pôle Gériatrie, du docteur Dominique Gerbault, Vice-Président de la Commission Médicale d’Etablissement, du Directeur du Groupe Hospitalier, Fabrice Leburgue, et du Président du Conseil de Surveillance et Maire de Seclin, Bernard Debreu, le docteur Mireille Lemaire-Gallois, médecin gériatre, a fait parler ses compétences… et son cœur. « Nous recevons ici des personnes qui ont subi un traumatisme dans l’enfance ou dans leur vie, comme les bombardements, la guerre d’Algérie, ou pour les femmes, le travail à l’usine textile. L’angoisse de ces femmes de rater le bus le soir alors qu’elles devaient se dépêcher d’aller s’occuper de leurs enfants, ressort maintenant. Notre tâche est de leur parler, d’apaiser ces traumatismes de la vie que nos patients n’ont pas pu exprimer auparavant », indique le docteur Lemaire, qui souligne l’importance de la formation des personnels soignants et de l’interdisciplinarité pour prendre en charge ces personnes qui sont en souffrance morale.

L’URCC est clairement une grande réussite pour les patients, leurs familles, et le Groupe Hospitalier de Seclin-Carvin, qui continue d’améliorer sans cesse son offre médicale et le confort des soins, comme ont pu le souligner Fabrice Leburgue et Bernard Debreu lors de l’inauguration de l’URCC.