Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Une nouvelle unité psychiatrique à Seclin

Une nouvelle unité psychiatrique à Seclin


JPEG - 129.9 ko
La deuxième unité psychiatrique de Seclin a été inaugurée le 27 mars

Quarante patients souffrant de dépression, de troubles passagers, de psychose, ou autre problème de santé mentale, vont emménager le 2 avril dans la toute nouvelle unité psychiatrique seclinoise de l’Etablissement Public de Santé Mentale (EPSM Lille Métropole), qui vient d’être construite juste à côté de l’aile inaugurée en 2004 derrière l’Hôpital Marguerite de Flandre, à deux pas du canal de Seclin et du Parc de la Deûle.

JPEG - 99.1 ko
Lors de la visite inaugurale, avec notamment Bernard Haesebroeck, maire d’Armentières et président de l’EPSM, et Bernard Debreu, maire de Seclin et président du Centre Hospitalier

Ces patients, actuellement hospitalisés à Armentières, vont enfin pouvoir se rapprocher de chez eux, puisque cette unité du secteur G10 concerne les 60.000 habitants des 28 communes du Pévèle-Mélantois. En tout, 70 personnes peuvent désormais être hospitalisées à Seclin, le plus souvent pour des courtes durées, puisque les soins psychiatriques se font désormais à 90% en « ambulatoire », c’est-à-dire sans hospitalisation et en milieu totalement ouvert, en cœur de ville.

Un bâtiment lumineux et ouvert sur la ville et sur la vie

La nouvelle aile psychiatrique, bâtie en un peu plus d’un an et demi dans le prolongement de la première aile, a été inaugurée mercredi 27 mars par Bernard Debreu, maire et président du conseil de surveillance du Centre Hospitalier de Seclin, le docteur Christian Roche, psychiatre et chef de pôle de l’unité, le docteur Jean-Luc Roelandt, président de la commission médicale d’établissement de l’EPSM, Joseph Halos, directeur de l’EPSM, et Bernard Haesebroeck, maire d’Armentières et président du conseil de surveillance de l’EPSM.

JPEG - 109.2 ko
Le bâtiment, accolé à la première unité, est spacieux, lumineux, et ouvert sur la nature

L’occasion pour tous les intervenants de saluer la réussite architecturale de ce nouveau bâtiment qui promeut « l’espace, la lumière, la qualité d’accueil et les bonnes conditions de travail pour le personnel ». C’est en effet un lieu ouvert sur la nature et sur l’Hôpital Marguerite de Flandre, qui vient d’être inauguré. Un lieu qui comprend des salles de soins spécialisés, comme la salle de luminothérapie et de thérapie familiale, la salle de sport, ou encore la bibliothèque ou l’espace de repos, sans oublier les jardins intérieurs qui amènent la nature jusque dans le bâtiment.

Un partenariat fécond entre la Ville et l’EPSM

JPEG - 117.1 ko
Espace de détente coloré et apaisant autour de la bibliothèque

Comme l’a souligné Bernard Debreu, cette unité psychiatrique est un outil de proximité supplémentaire pour permettre à tous les habitants de se soigner le corps (avec le Centre Hospitalier tout proche)… mais aussi l’esprit. « La Ville de Seclin et l’EPSM ont déjà engagé un partenariat fécond », a rappelé le maire, en citant : « les ateliers arts plastiques ou bricolage du quartier de la Mouchonnière, ouverts à tous les habitants, qu’ils soient patients ou non de l’EPSM », mais aussi la première Journée de la Santé Mentale, qui a rencontré un succès public indiscutable le 18 mars dernier salle Ronny-Coutteure.

« Travailler ensemble pour le bien-être des habitants »

Malgré les inquiétudes grandissantes qui planent au-dessus de la santé publique par manque de financement de la part de l’Etat, Bernard Debreu s’est réjoui du développement de l’offre de soins à Seclin, qui profite d’abord à la population de notre territoire : de la nouvelle maternité du Centre Hospitalier… à la seconde unité psychiatrique de l’EPSM. En conclusion, il a proposé à ses partenaires de « continuer à travailler ensemble pour le bien-être mental et physique des habitants. »