Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Une IRM de 4 tonnes et 1,2 million d’euros pour l’hôpital

Une IRM de 4 tonnes et 1,2 million d’euros pour l’hôpital


Scène très impressionnante, lundi 19 janvier, dans le froid de cette matinée d’hiver : une nouvelle IRM (Imagerie à Résonance Magnétique) est arrivée en grande pompe par le toit du Centre Hospitalier de Seclin, guidée jusque dans les locaux du service imagerie par une grue.

Il fallait bien ça pour mouvoir cette énorme machine de 4 tonnes ! L’arrivée de cette nouvelle IRM est une excellente nouvelle pour les soignants, la direction de l’hôpital, la Ville, et bien sûr pour tous les patients, qui devront attendre moins longtemps pour obtenir un diagnostic dans des domaines très variés : AVC, sclérose en plaques, traumatologie sportive (ligaments croisés, ménisque…), tumeurs, gynécologie, etc.

«  En un an, c’est la seule IRM que l’Agence Régionale de Santé (ARS) ait accordée dans la région Nord/Pas-de-Calais », constate Bernard Debreu, maire de Seclin et président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier, présent ce lundi matin sur le toit de l’hôpital pour assister à l’opération de haute précision. « Cet équipement est coûteux – 1,2 million d’euros –, et a nécessité un an et demi de travail à la direction de l’hôpital, mais nous avons finalement obtenu l’autorisation de l’ARS, et une subvention de 477.000 euros du Conseil Régional  », salue Bernard Debreu.

On attend 6.000 examens par an Jusqu’à ce lundi, le Centre Hospitalier de Seclin abritait déjà une IRM, mais elle était dédiée pour 70% au secteur privé, et pour 30% à l’hôpital public. Samuel Bernard, cadre de santé du service imagerie, qui compte au total une trentaine de professionnels (radiologues, manipulateurs…), explique que l’IRM existante permettait de faire passer l’examen nécessaire à « 2.500 patients de l’hôpital par an. Avec cette nouvelle IRM, qui sera mise en service à la mi-février quand tous les opérateurs seront formés, on pourra accueillir 6.000 patients par an, ce qui répondra davantage aux besoins. »

Les patients attendront également moins longtemps : quelques jours au lieu de trois semaines ou un mois auparavant, selon les pathologies. Un progrès indéniable pour le Centre Hospitalier de Seclin, qui fait entrer son service imagerie dans la cour des grands, avec désormais deux IRM et deux scanners.