Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > UNRPA : une pétition pour les retraités

UNRPA : une pétition pour les retraités


L’Union Nationale des Retraités et Personnes Agées est forte de 600 adhérents à Seclin. Son but : défendre les droits des retraités. Or, ces derniers temps, c’est le pouvoir d’achat en constante baisse qui inquiète et scandalise les retraités. C’est pourquoi l’UNRPA a fait signer une pétition sur le marché de Seclin, qui a recueilli plus de 300 signatures.

JPEG - 133.2 ko
Une délégation de l’UNRPA a rencontré Bernard Debreu, le maire, qui relaiera la pétition des retraités pour l’augmentation de leur pouvoir d’achat

Jeudi dernier, une délégation est venue rencontrer le maire, Bernard Debreu, pour qu’il relaie les préoccupations des retraités et personnes âgées au plus haut niveau de l’Etat, mais aussi auprès de la population dans son ensemble. A Seclin, on compte en effet environ 3.600 retraités pour 12.500 habitants.

12% des retraités ont besoin de l’aide alimentaire

« On nous présente souvent comme des nantis, alors que les retraités jouent un rôle très important dans l’économie », s’insurgent Gustave Jayet, président, et les membres de son bureau. Pourtant, la baisse constante du pouvoir d’achat inquiète beaucoup les retraités : « depuis plusieurs années, nos pensions augmentent beaucoup moins vite que les prix. De plus, plusieurs mesures fiscales sont venues alourdir nos impôts et d’autres risquent bientôt de s’y ajouter. Il faut savoir que la moyenne des retraites dans le Nord/Pas-de-Calais n’est que de 1.454 euros par mois pour les hommes et de 777 euros pour les femmes ! Avec toutes les taxes supplémentaires que nous subissons, de plus en plus de retraités n’arrivent plus à vivre correctement. D’ailleurs, 12% des retraités français sont obligés d’avoir recours à l’aide alimentaire pour se nourrir, et davantage encore doivent renoncer à se soigner ! », alertent les membres de l’UNRPA.

Des revendications pour un meilleur pouvoir d’achat

Parmi les revendications, les retraités insistent beaucoup, bien entendu, sur la revalorisation des pensions, un minimum retraite à 1.700 euros brut, le retour de l’indexation des retraites sur l’évolution du salaire moyen, ou encore sur la création d’une cinquième branche de la Sécurité Sociale pour financer la perte d’autonomie.

Mais ils contestent également la suppression de la demi-part fiscale des veuves, veufs, divorcés ou séparés, la nouvelle taxe autonomie de 0,30%, et refusent les nouvelles mesures qui s’annoncent, comme l’augmentation de la CSG, la suppression des 10% d’abattement sur les impôts, l’augmentation de la redevance télé, etc…

A Seclin, l’épanouissement des retraités a toujours été un axe majeur de la politique municipale. Bernard Debreu, le maire, ne peut donc qu’être très sensible aux arguments de l’UNRPA. « Je vous soutiens sans réserve et avec détermination », a insisté le maire, qui a annoncé qu’il était bien décidé à « relayer les préoccupations et les demandes de l’UNRPA auprès du Premier Ministre, et à sensibiliser l’opinion publique aux difficultés des retraités. »