Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Seclin et Méguet s’engagent pour la forêt

Seclin et Méguet s’engagent pour la forêt


Depuis la fin des années 1980, des liens forts se sont tissés entre les Seclinois et les habitants de Méguet, au Burkina Faso.

JPEG - 1 Mo
Sous les arbres du parc de la mairie, on a parlé reforestation à Méguet, au Burkina Faso

Le jumelage fructueux a déjà vu partir 180 jeunes Seclinois pour des projets de coopération internationale. Les jeunes de Seclin et de Méguet ont contribué à créer la maternité, le collège, le centre des jeunes, le hangar agricole… Ils ont aussi contribué à répandre une méthode d’agriculture productive et économe en eau, et le nouveau groupe Seclin-Méguet va s’intéresser en août prochain à l’école maternelle.

Parallèlement à ces projets menés par les jeunes, la Ville de Seclin et celle de Méguet s’engagent aujourd’hui dans un projet de développement durable : la restauration durable de la forêt de Méguet.

La convention forêt signée

JPEG - 574.4 ko
Bernard Debreu, Maire de Seclin, et Pierre Kaboré, Maire de Méguet, ont signé la convention pour le projet de forêt durable à Méguet, notre ville jumelle du Burkina Faso

A la faveur de la venue à Seclin de Pierre Kaboré, le Maire de Méguet, les élus seclinois – Eric Corbeaux, Adjoint à la Jeunesse, et Alain Fruchart, Adjoint au Développement Durable et à la Transition Energétique -, responsables associatifs, et jeunes du groupe Seclin-Méguet se sont retrouvés à l’Hôtel de Ville samedi 6 juin pour la signature officielle de la convention de restauration de la forêt naturelle de Méguet, par Pierre Kaboré et le Maire de Seclin, Bernard Debreu. C’est en effet la Ville de Seclin qui porte ce projet, financé à hauteur de 5.000 euros par Seclin et 5.000 euros par le Ministère français des Affaires Etrangères, qui a choisi de favoriser ce projet parmi 21 seulement sélectionnés au niveau national.

La forêt : nature et emploi

Comme l’a expliqué Pierre Kaboré, l’enjeu de la forêt durable, à Méguet, est vital à la fois pour l’environnement mais aussi pour l’économie de la région burkinabé. « Avec l’augmentation de la population, les femmes qui utilisent les arbres pour de nombreuses tâches quotidiennes (cuisine, médecine traditionnelle, cosmétique…) doivent aller de plus en plus loin dans la forêt. L’idée est donc de replanter des essences adaptées et utiles à notre économie, tout en préservant la biodiversité et l’environnement », souligne le Maire de Méguet. Seclinois et habitants de Méguet vont se livrer à une expérimentation très enrichissante, qui impliquera également les élèves du Lycée Professionnel des Hauts de Flandre, ainsi que des élèves ingénieurs français.