Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Les taux d’impôts n’augmenteront pas

Les taux d’impôts n’augmenteront pas


Les élus du Conseil Municipal étaient réunis, vendredi 27 mars, pour le vote du budget 2015. On retiendra avant tout que les taux d’imposition (taxe d’habitation, taxe sur le foncier bâti et taxe sur le foncier non bâti) resteront identiques, comme c’est le cas depuis 2002 pour la taxe d’habitation. Et ce malgré une baisse des dotations de l’Etat à la commune de – 363.000 euros rien que pour cette année ! Ces restrictions budgétaires vont faire très mal à toutes les communes. Pour Seclin, on parle de – 1,2 millions d’euros entre 2014 et 2017 pour un budget total d’un peu moins de 20 millions d’euros. C’est donc une véritable quadrature du cercle que vont devoir réaliser les élus : maintenir le haut niveau de services à la population seclinoise tout en continuant à investir, et en équilibrant le budget… qui a été voté par 25 voix pour, 7 contre, et 1 abstention.

Compte administratif 2014

Avant de voter le budget 2015, les élus ont d’abord eu à se prononcer sur les chiffres du compte administratif, en quelque sorte la photographie de ce qui a été réellement dépensé et perçu par la Ville en 2014.

Les recettes d’investissement s’élèvent à 2,8 millions, et les dépenses à 1,8 million. En tenant compte des restes à réaliser et des restes à percevoir, l’excédent est de + 731.000 euros. En fonctionnement, les recettes sont de 19,77 millions et les dépenses de 18,82 millions, soit un excédent de + 947.000 euros.

Pour Christian Baclet, du groupe d’opposition « Forces Démocrates pour Seclin », « les dépenses de fonctionnement sont de 1.477 euros par habitant contre 1.103 euros pour les communes de même strate, et Seclin est la troisième ville du Nord en termes de dépenses. » Il a exprimé son « inquiétude de voir les dépenses augmenter et les recettes stagner », et a conclu : « il faudra trouver des solutions pour baisser le coût des services à la population. »

Eric Corbeaux, pour le groupe « communiste et républicain » s’est dit « fier que la majorité ait fait le choix de proposer un haut niveau de services à la population, avec la piscine, l’école de musique, les nouvelles activités périscolaires de qualité… » Il a interrogé l’opposition : « quels sont les services que vous proposez de supprimer ? Et quels postes d’agents voulez-vous voir disparaître ? »

Didier Serrurier, pour le groupe de la majorité « Pour Seclin », a constaté le poids important de la masse salariale, mais c’est parce qu’une « ville qui réalise peu de choses dépense peu ». Si Seclin est « la troisième ville du Nord en matière de dépenses, elle est aussi l’une des dernières en matière de fiscalité, ce qui veut dire que les habitants sont épargnés en matière d’impôts. »

Alain Fruchart, pour le groupe de la majorité « EELV-Les Verts », a insisté sur « la programmation à long terme des investissements pour avoir une vision globale. »

François-Xavier Cadart, pour l’opposition FDS, a précisé que son groupe voulait seulement « alerter sur le fait que les dépenses augmentent mais pas les recettes. »

Jean-Rémy Vandevoorde, adjoint aux Finances, qui a présenté le compte administratif puis le budget, s’est dit « conscient des difficultés qui s’annoncent dans les trois ans à venir », mais a répété que la majorité « veut maintenir la qualité du service rendu aux Seclinois. »

Même conclusion pour le maire, Bernard Debreu, qui souhaite « trouver des sources d’économie, comme la réduction des dépenses énergétiques, tout en maintenant la qualité du service public, car les besoins des familles n’ont pas diminué, au contraire... » Pour lui, tous les élus doivent se mobiliser pour refuser la baisse drastique des dotations de l’Etat, qui oblige à réaliser une véritable quadrature du cercle.

A l’issue de ce débat intéressant et courtois, le compte administratif a été voté à l’unanimité.

Budget 2015 : investir malgré tout

Encore la quadrature du cercle… Alors que l’Etat n’a toujours pas indiqué le montant exact des dotations, il faut bâtir un budget… sur des estimations, comme l’ont déploré la plupart des élus, dont Eric Drelon, qui siège désormais seul au nom de l’UMP.

En fonctionnement : 19,549 millions de dépenses (+ 0,27%) et 19,550 millions de recettes (- 0,29%). En investissement : la section s’équilibre à 12,963 millions.

En projet pour cette année 2015, entre autres : la démolition de l’ancien bâtiment de la PMI, boulevard Hentgès, où sera construite la nouvelle crèche dans la foulée ; la phase 2 de la restauration de la Collégiale Saint-Piat ; la construction de la piste d’athlétisme au stade Durot, la rénovation des courts de tennis extérieurs, des travaux d’accessibilité des bâtiments communaux aux personnes handicapées, avec par exemple, la création d’un ascenseur à l’Hôtel de Ville qui se termine ces jours-ci.

Christian Baclet a de nouveau regretté la hausse des dépenses. Didier Serrurier a quant à lui approuvé ce budget car les taux d’impôts n’augmenteront pas. Eric Corbeaux a souligné la poursuite des investissements malgré la saignée des dotations de l’Etat, qu’il a d’ailleurs appelé à refuser. François-Xavier Cadart est revenu sur sa vision de l’ambition pour Seclin, en défendant l’idée d’une ruche d’entreprises en centre-ville sur la friche Danone.

Bernard Debreu a admis : « la majorité et l’opposition n’ont pas les mêmes priorités pour Seclin » et a défendu les « très bons résultats de Seclin en matière économique malgré la crise : le dynamisme du Centre Hospitalier et des zones d’activités, pour lesquelles il faut continuer à se mobiliser, notamment pour une meilleure accessibilité et la création de l’échangeur de Templemars. » Alors qu’il sera bientôt reçu par le Préfet à ce sujet, le maire a répété : « je ne baisserai pas les bras ! » Enfin, concernant la friche Danone, il a rappelé que « la Métropole mène une étude d’urbanisme pour équilibrer ce nouveau quartier, de la même façon qu’à l’Union, à Roubaix, le nouveau maire a préconisé la création de logements pour faire l’équilibre avec l’activité économique. »

Indemnités des élus en baisse

Seclin n’étant plus chef-lieu de canton, les indemnités des élus vont baisser : - 56 euros bruts par mois pour les conseillers délégués et - 14 euros pour les adjoints. Le maire, a contrario, aurait pu percevoir 315 euros supplémentaires, mais Bernard Debreu a décidé de ne pas augmenter sa propre indemnité (qu’il reverse à son parti politique).

Actualisation des tarifs

Les tarifs vont être actualisés pour tenir compte du coût réel et des ressources. Ainsi, pour les spectacles culturels, le prix d’entrée sera compris entre 5 et 20 euros, selon le coût de la prestation pour la Ville.

Les ateliers théâtre et arts plastiques coûteront 30 euros par an pour les Seclinois, et la pratique unique au CMEM 30 euros également. Un tarif réduit de 1 euro va être créé à la piscine et à la salle de musculation pour les jeunes Seclinois de 16 à 25 ans qui sont étudiants, chômeurs, ou en parcours d’insertion.

Bourses communales

Toujours pour aider les jeunes, des bourses d’études sont attribuées aux Seclinois : 50 euros pour les étudiants post-bac ; 27,50 euros pour les lycéens ; 16,70 euros pour les collégiens ; 14,50 euros pour les enfants de la maternelle privée.