Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Les grands projets seclinois 2018/2019

C’est la rentrée !

Les grands projets seclinois 2018/2019


Le maire, Bernard Debreu, a tenu sa conférence de presse de rentrée, jeudi 13 septembre. Certes, il y a matière à s’inquiéter au niveau international avec la résurgence du nazisme en Europe. Certes, les réformes du gouvernement, au niveau national, laissent craindre une baisse du pouvoir d’achat encore plus forte pour ceux qui sont déjà les plus en difficulté. « Mais il faut résister collectivement à ces périls, et au niveau local, poursuivre notre action pour le rayonnement de Seclin et pour répondre aux besoins des Seclinois. » Ecoles, travaux dans les bâtiments municipaux, restauration du patrimoine remarquable, logement, mobilité et transports, emploi, urbanisme, environnement, sécurité, vie associative, partage et solidarité… Autant de thèmes développés lors de cette conférence de rentrée, qui démontrent la vitalité, l’attractivité, et le dynamisme de la ville de Seclin.

Ecoles

1.158 élèves de 2 à 10 ans ont fait leur rentrée le 3 septembre dans des écoles rénovées par la Ville. « Nous avons construit une nouvelle salle à la maternelle La Fontaine, refait la restauration de la maternelle Duclos, les sanitaires de la maternelle Durot, créé un toilette pour personnes à mobilité réduite à l’élémentaire Langevin, aménagé deux classes supplémentaires à l’élémentaire Dutoit », a énuméré Bernard Debreu, qui a aussi précisé que la Ville était repassée à « la semaine de 4 jours d’école par semaine, avec un accueil de loisirs pour les maternelles et élémentaires toute la journée du mercredi et du samedi. »

Travaux sur les bâtiments municipaux

Outre la nouvelle crèche inaugurée en juin 2018, qui est la grande réalisation du mandat, des travaux d’importance commencent ou se poursuivent en ce début d’année 2018/2019 : « l’ancien théâtre du Parc de la Ramie sera totalement refait à partir de ce mois de septembre, et des panneaux solaires seront posés pour économiser l’énergie. L’an prochain, ce nouveau site associatif accueillera l’épicerie solidaire, le Secours Populaire, et les colombophiles. Le coût est d’un million d’euros et nous avons obtenu 120.500 euros de subventions. »

Autres chantiers de grande ampleur : « l’extension de l’Espace Communal Mouchonnière, la réfection du Centre Municipal d’Expression Musicale et de son auditorium, le renforcement de la toiture de la piscine et surtout la pose d’une moquette solaire qui permettra de chauffer l’eau du petit bassin et des sanitaires. »

Restauration du patrimoine remarquable

La restauration de la Collégiale Saint-Piat, Monument Historique, est une entreprise de très grande ampleur : deux ans de travaux qui se terminent cet automne, tous les vitraux refaits, les piles, les pierres de taille rénovées, l’escalier médiéval mis en valeur, bientôt les tentures accrochées au-dessus du chœur… Le tout pour un million d’euros dont 400.000 euros de subvention de l’Etat, et 21.000 euros de souscription via la Fondation du Patrimoine. A noter que l’association de Sauvegarde de la Collégiale Saint-Piat mettra aussi sa « patte » puisqu’elle a réalisé et financé 4 panneaux touristiques et très documentés sur la Collégiale, qui arriveront en octobre.

Pendant ce temps, « les fouilles archéologiques se terminent à l’Hôpital Marguerite de Flandre, où de magnifiques découvertes ont été réalisées. Le propriétaire du site entamera ensuite la restauration du Monument Historique, en même temps que la construction des logements neufs sur le côté. A terme, les jardins, la cour carrée, la salle des malades, la chapelle, le réfectoire et l’ouvroir des Sœurs Augustines resteront accessibles au public. »

Logement

Voici les projets : 200 logements sur le site Marguerite de Flandre dans deux ans environ, 200 logements mixtes sur le site Lincrusta (livraison entre avril 2019 et mars 2020), 300 logements mixtes sur le site Danone (dans les années qui viennent).

Mobilité/transports

« L’échangeur de Templemars est la condition sine qua non pour irriguer tout le secteur Seclin-Unexpo, en créant une deuxième sortie vers le Nord. C’est ce que nous avons dit au Préfet, avec tout le monde économique unanime en juin dernier. Et nous lui avons apporté pas moins de 11.000 signatures de pétition ! », rappelle le maire, qui salue aussi l’initiative financée par les entrepreneurs, qui aboutit à « l’ouverture ce week-end de la nouvelle voie de dégagement vers la droite, vers le centre-ville de Seclin, quand on sort de la zone Seclin-Unexpo. »

Les alternatives à la route sont aussi en cours : « la dernière phase de la gare pôle d’échanges débute. Début 2019, l’ancienne crèche sera démolie, puis un parking paysager de 30 places sera créé, ainsi que les quais bus juste devant la gare, toutes les rues alentour seront refaites, puis le souterrain sera reprofilé. » La gare pôle d’échange est un équipement d’utilité publique. La preuve ? « il y a 3 ans, il y avait 1.100 montées et descentes par jour à la gare de Seclin, et aujourd’hui il y en a 1.500 par jour. Seclin est la 4e gare la plus fréquentée de la Métropole, Lille Flandre comprise ! »

Les bus ne sont pas en reste puisqu’ un nouveau plan bus sera mis en œuvre par la MEL en janvier 2019, avec des améliorations : la ligne 52 deviendra la Liane 92, et sa fréquence sera augmentée avec un bus toutes les 10 mn en heure de pointe entre 5h30 et 22h30. Quant à la ligne 55, tous les bus desserviront désormais le Centre Hospitalier de Seclin.

Emploi/économie/champs captants

Seclin compte déjà 10.000 salariés qui viennent travailler dans la Zone Industrielle, Seclin-Unexpo ou au Centre Hospitalier, par exemple. « Avec la zone de l’A1 Est, on attend 1.200 salariés de plus, soit entre 11.000 et 12.000 salariés à Seclin », insiste Bernard Debreu, circonspect face à la nouvelle tombée en plein été : le Préfet critique le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de la MEL déjà voté en juin dernier. « Les critiques, qui concernent de nombreuses communes du Sud Métropole, visent la protection des champs captants et de l’eau potable. Nous travaillons déjà sur la préservation des champs captants… mais ce sont 140 hectares qui seraient gelés à Seclin : c’est énorme ! » Et le maire de proposer de « sanctuariser 45 hectares sur les 140 demandés par la MEL suite aux remarques du Préfet », mais ces exigences « ne doivent pas bloquer complètement le développement de notre territoire ! » Exemple pour le moins aberrant : « même la finition de la voie verte (une voie piétonne à travers le Parc de la Ramie et le long du canal Seclin-Houplin) est remise en cause, alors qu’il s’agit d’un projet environnemental et touristique très attractif… et protecteur de l’eau potable ! ». Et le maire de conclure sur ce sujet : « J’attends avec impatience une réunion avec toutes les communes concernées à la MEL. »

Police municipale/commissariat

Outre l’urbanisme, la mobilité, l’emploi… « la sécurité est un sujet que nous abordons avec sérieux », appuie le maire. « Nos agents de la Police Municipale font un travail remarquable dans des tas de domaines, et toujours pour le bien-être des Seclinois », témoigne Bernard Debreu, qui rappelle aussi « qu’avec le maire de Wattignies, nous nous battons pour la construction du nouveau commissariat, avec davantage de policiers nationaux sur le terrain. Le Ministère de l’Intérieur a bien acheté le terrain… et nous attendons avec impatience la première pierre ! »

Vie associative/solidarité

Enfin, derrière tous ces projets, il y a les êtres humains… les Seclinois tout simplement. « Le bien-être à Seclin, c’est vivre en sécurité, et la meilleure façon d’y parvenir, ce n’est pas forcément de mettre des caméras dans chaque rue, mais de maintenir nos actions de prévention, de renforcement du lien social, de solidarité et de partage » avec les centaines de bénévoles des associations, avec les dizaines d’activités à prix plus que modiques proposées par la Ville, et avec les événements festifs et solidaires organisés tout au long de l’année.