Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > « Les gens ont besoin de services publics de proximité ! »

« Les gens ont besoin de services publics de proximité ! »


JPEG - 234.7 ko
Bernard Debreu défend les services publics de proximité. La mobilisation doit s’intensifier

« De goutte d’eau en goutte d’eau… le vase finit par déborder ! » C’est pour cette raison que le maire, Bernard Debreu, a tenu une conférence de presse mardi 8 mars, concernant la menace qui pèse sur les services publics de proximité (CPAM, CARSAT, La Poste…), sur la baisse des dotations aux collectivités (- 1,3 millions en trois ans pour Seclin), et maintenant sur la baisse des subventions aux associations gestionnaires de structures d’accueil pour personnes handicapées (- 4%), ainsi qu’aux hôpitaux publics et aux villes du Nord qui gèrent des structures médico-sociales, comme des foyers-logements, des EHPAD, etc… (- 3%)

Absolument besoin des services de proximité

« Avec le Comité de Défense des Services Publics de Seclin, nous sommes obligés de nous battre tous les jours pour défendre les services de proximité indispensables, comme l’antenne de l’assurance maladie, de la caisse de retraite, de La Poste, etc… A chaque fois qu’il y a un problème d’ouverture de l’un de ces services, les citoyens viennent à la mairie même si ce n’est pas de notre compétence. C’est bien la preuve que les gens ont absolument besoin de ces services de proximité », plaide le maire, qui vient aussi d’apprendre deux très mauvaises nouvelles : la baisse de 3% du prix de journée pour le Foyer Sacleux, et la baisse de 4% des subventions accordées aux associations de personnes handicapées, comme l’ARSL qui gère le Foyer de vie pour adultes handicapés L’Arbre de Guise, ou encore les Papillons Blancs (ESAT Malécot).

« Les plus fragiles sont les plus touchés »

Concrètement, si le prix de journée fixé par le Département baisse au Foyer Sacleux, c’est 15.000 euros supplémentaires que le CCAS de la Ville va devoir trouver pour faire tourner la structure… qui subit déjà un déficit de 100.000 euros du fait du décalage entre ce que paient les résidents et les coûts très importants des personnels et du matériel nécessaires. Bernard Debreu d’ajouter : « la baisse du prix de journée n’est même pas une bonne nouvelle pour les personnes âgées, car si les gestionnaires reçoivent moins de moyens, c’est le service qui va forcément se dégrader… et finalement, ce sont toujours les plus fragiles qui seront les plus touchés ! »

Cette accumulation de baisse de dotations est devenue insupportable pour le maire, qui rappelle que « 2.200 Seclinois ont signé la pétition contre la baisse des dotations à l’automne dernier ». On reparlera de cette pétition lors du Congrès des Maires de France qui aura lieu cette année autour du 1er juin en raison des attentats qui ont empêché sa tenue en novembre dernier.

« Arrêtons le massacre ! » s’insurge le maire, qui a sa petite idée sur les moyens de trouver ce fameux argent qui manquerait. « Si l’Etat allait regarder du côté des impôts que ne paient pas les multinationales en France, ou du côté de l’évasion fiscale ? » suggère Bernard Debreu.