Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Les agents d’ambiance au Conseil Municipal

Les agents d’ambiance au Conseil Municipal


Le premier Conseil Municipal de l’année scolaire a notamment donné lieu à un large débat sur le dispositif « LMH Tranquillité », qui permet à deux agents d’ambiance d’être présents le soir dans les entrées de La Mouchonnière, afin d’assurer des actions de prévention et de médiation avec les habitants. Le Maire a également fait le point sur les Tribunes politiques de l’Hebdo, sur les récents jugements intervenus dans les nombreuses assignations des élus de l’opposition contre la Ville, et donné plusieurs informations sur l’actualité seclinoise.

Subvention pour « LMH Tranquillité »

Après une première expérience réussie en 2012, le dispositif « Tranquillité LMH », qui met à disposition deux agents d’ambiance pour favoriser la concertation et la médiation au profit des habitants de La Mouchonnière, est reconduit de juillet à décembre 2013. Ces agents sont présents 4 jours sur 7 de 16 h à 23 h en période scolaire et 7 jours sur 7 pendant les vacances. Leur mission : prévenir les conflits de voisinage, écouter et orienter les habitants vers les partenaires compétents selon leur problème, dialoguer avec les jeunes, maintenir le lien avec les personnes âgées ou isolées, faire remonter les informations utiles auprès, notamment, de la cellule de veille qui réunit chaque mois à Seclin les forces de l’ordre, la justice, les bailleurs, la Ville, les établissements scolaires, les acteurs de l’action sociale, des transports, et la Ville. Ce dispositif a bien sûr un coût, et LMH a sollicité la Ville à hauteur de 14.400 euros.

Si cette subvention a été votée à l’unanimité, elle n’a pas manqué de susciter le débat. François-Xavier Cadart, pour le groupe des élus de l’opposition, a jugé que ce dispositif est « un pansement sur une jambe de bois » et a accusé le maire de « ne pas assumer ses responsabilités en matière de sécurité » en estimant indispensable la création d’une police municipale.

Des propos qui ont fait réagir toutes les composantes de la majorité. Didier Serrurier, pour le groupe socialiste, a répliqué : « il est malsain d’agiter le chiffon de l’insécurité » alors que « Seclin est une ville de mixité et de cohésion sociale ». Il a aussi dénoncé le fait de renoncer à « réclamer un vrai commissariat pour Seclin ainsi que des renforts de policiers. »

Eric Corbeaux, pour les communistes et républicains, a souligné que « le maire n’est pas responsable de la suppression des effectifs dans la police » et a défendu « les actions de prévention efficaces que sont le dispositif LMH Tranquillité, et le travail du Service Municipal de Prévention Urbaine, qui est aussi profitable aux Seclinois que celui d’une police municipale. »

Sur l’efficacité de ces actions de prévention, Michel Autès, élu écologiste, a le même avis sur cette question.

Quant à Bernard Debreu, le maire, il a constaté à travers de nombreux articles de presse depuis plusieurs mois que « toutes les villes autour de Seclin qui ont pourtant une police municipale subissent souvent plus d’actes de délinquance que Seclin ». Il a par ailleurs défendu récemment auprès du Préfet « la mise à disposition, pour notre secteur, d’une partie des renforts policiers obtenus pour la Métropole. »

Tribunes de l’Hebdo : les auteurs seuls responsables

L’Hebdo Seclinois comporte une page réservée aux tribunes politiques. Contrairement au reste du journal, ces tribunes sont de la seule responsabilité de leurs auteurs, comme l’a redit Bernard Debreu. Réagissant à une récente tribune de l’opposition, mettant en cause le fonctionnement de la commission de révision des listes électorales, le maire a tenu à « apporter tout son soutien à Jean-Rémy Vandevoorde, qui préside cette commission, et aux nombreux citoyens seclinois, nommés notamment par le Préfet lui-même, qui en ont fait partie ces dernières années. J’ai toute confiance en leur probité et en leur intégrité », a insisté le maire.

5 jugements en faveur de la Ville

Récemment, le Tribunal Administratif a rendu 5 jugements en faveur de la Ville : 4 dans l’affaire du centre équestre, qui oppose entre autres les élus de l’opposition à la Ville, et une concernant l’entreprise de paintball qui a démonté sans autorisation les rails situés sur la parcelle qu’elle loue, alors que le futur tramway Seclin-Lille pourrait passer par-là. A chaque fois, la Ville recevra 500 euros. François-Xavier Cadart a annoncé qu’il ferait appel à chaque fois.

L’art contemporain magnifie Marguerite de Flandre

Bernard Debreu a souligné « le grand succès rencontré par l’exposition d’art contemporain, qui a réuni 23 artistes féminines de réputation internationale au sein de l’Hôpital Marguerite de Flandre, grâce au Seclinois Renato Casciani. » Une magnifique mise en lumière de ce Monument Historique, appartenant au Centre Hospitalier de Seclin, et appelé à devenir un haut lieu culturel régional. Une étude est d’ailleurs en cours pour définir les contours de ce projet de grande ampleur.

Un atelier de conversation anglaise à la bibliothèque

Didier Serrurier, adjoint à la Culture, a annoncé la mise en place d’un atelier de conversation anglaise, qui aura lieu deux fois par mois à la bibliothèque Jacques-Estager. Une initiative en cohérence avec l’année de l’Ecosse à Seclin, qui a constitué le fil rouge de l’année culturelle programmée par la Ville.

Classes de découverte à Ristolas

Près de 130 élèves de CM2 de toutes les écoles publiques partiront cette année encore en classe de découverte avec le soutien financier important de la Ville. En effet, la participation demandée aux familles pour 10 jours de séjour n’augmentera pas et sera toujours de seulement 177 euros. Par ailleurs, les vêtements et équipements seront toujours prêtés par la Ville.

Seclin tout en haut du podium de la Braderie de Lille

Avec 144 coureurs dans les différentes courses de la Braderie de Lille, Seclin est la commune de 5.000 à 20.000 habitants qui a aligné le plus de participants le 31 août dernier. Pour cela, notre ville a reçu le premier prix du Challenge des Villes de Lille Métropole Communauté Urbaine.