Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > « Le climat vu de ma fenêtre » : ouvrons les yeux !

« Le climat vu de ma fenêtre » : ouvrons les yeux !


Pour la deuxième année, Alain Fruchart, adjoint au Développement Durable et à la Transition Energétique, a fait venir à Seclin l’exposition métropolitaine « Le climat vu de ma fenêtre », dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable qui s’est déroulée du 30 mai au 5 juin.

Hausse des températures, changement climatique, fonte des glaciers, montée des eaux, pollutions diverses, augmentation des gaz à effet de serre… Autant de fléaux qui ont de terribles répercussions sur nos vies quotidiennes : notre santé, notre alimentation, notre ressource en eau, etc… Les enfants des Mercredis Loisirs et 4 classes des écoles Marie-Curie/Louise-Michel et Dutoit, ainsi que le grand public, ont pu visiter cette exposition attractive et instructive.

Seclin au-delà de ses objectifs

Alors que le président américain vient de donner une gifle à l’accord de Paris de la COP 21 de manière tout à fait irresponsable, il n’est pas inutile de rappeler tous les effets chiffrés du changement climatique.

Il n’est pas inutile non plus d’agir tout de suite, et chacun à son échelle, comme le fait la Ville de Seclin depuis des années via l’Agenda 21 communal et les objectifs de la Convention des Maires. « Aujourd’hui, nous sommes déjà à une réduction de 24% de nos émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2011. Comme notre objectif initial était de – 30% d’ici 2020, il sera largement dépassé, d’autant que nous investissons pour l’avenir », souligne Alain Fruchart, qui cite pour le budget 2017 « les rénovations de la salle de sports Delaune, du château Guillemaud, de l’ancien théâtre du Parc de la Ramie, le passage de l’éclairage en LED… qui vont aussi se traduire par – 10% de gaz à effet de serre. » Autre bénéfice non négligeable : « grâce aux investissements et à la cession de la Résidence Croizat, nous allons faire 100.000 euros d’économies. » Dans les mois qui viennent, les objectifs seclinois seront encore revus à la hausse : « - 40% de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 2011, et des propositions concrètes et locales pour s’adapter au changement climatique. »