Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > La crèche, la gare, la Collégiale, la Ramie… et les 4 jours !

Conseil Municipal :

La crèche, la gare, la Collégiale, la Ramie… et les 4 jours !


Un ordre du jour foisonnant, éclectique, et électrique attendait les élus du Conseil Municipal, vendredi 30 juin. En préambule, une minute de silence, évidemment, pour saluer la mémoire de Simone Veil, disparue le jour même. Françoise Dumez et Francine Hamard-Delecroix ont rendu hommage à cette grande femme d’Etat, auteure de la loi pour la légalisation du droit à l’avortement… contre vents et marées. Moment de consensus avant de reprendre les débats, parfois vifs, des affaires locales.

L’ancienne et la nouvelle crèche

Il a été beaucoup question de la crèche au conseil municipal. D’abord, les élus ont voté la cession de l’immeuble et de la parcelle de la rue Gabriel-Péri où se trouve la crèche actuelle. En effet, dans le cadre du projet de gare pôle d’échanges, ce bâtiment vétuste et inadapté à l’accueil des enfants, sera démoli en 2018. Comme la gare pôle d’échanges est un projet de la Métropole Européenne de Lille (MEL), cette dernière va racheter à la Ville ce bâtiment pour 800.000 euros. Par ailleurs, le chantier de construction de la nouvelle crèche, boulevard Hentgès, est bien avancé (ouverture prévue en janvier 2018), mais la société de plomberie retenue par les marchés publics est malheureusement en grande difficulté, et ne pourra pas assurer son chantier. Une nouvelle consultation des marchés publics est donc nécessaire pour le lot plomberie.

Concernant la vente de la crèche, François-Xavier Cadart (FDS-opposition) et son groupe ont voté contre « car il s’agit d’un élément de notre patrimoine qu’il aurait fallu entretenir bien avant ». Intérêt patrimonial contesté par Jean-Denis Clabaut (PS), qui estime que « seuls quelques éléments du bâti et du mobilier méritent d’être conservés ».

La gare pôle d’échanges

Suite à une question écrite d’Eric Drelon (groupe Les Républicains – opposition), le maire, Bernard Debreu, a fait le point sur ce projet dont la seconde phase commencera début 2018. C’est notamment la question de la circulation des bus dans le quartier qui fait débat. Afin de sécuriser le secteur des écoles, le maire propose de ne plus faire passer les bus rue Abbé-Bonpain. « Nous réunirons la commission transports avec des représentants de tous les groupes du Conseil dès que nous aurons les nouvelles propositions de la MEL », a indiqué Bernard Debreu.

François-Xavier Cadart maintient que « le pôle bus de la gare reste une hérésie en centre-ville » et qu’il faut une large concertation publique sur ce projet. Eric Drelon s’est dit satisfait que « la commission transports puisse faire évoluer le projet dans l’intérêt général ». Pour Alain Fruchart (groupe Ecologistes), « cette concertation de long terme est prévue depuis le début ». Enfin, Didier Serrurier (PS) a accueilli favorablement « la nouvelle orientation pour éviter la circulation des bus rue Bonpain ».

La restauration de la Collégiale

Les grands travaux de restauration doivent se terminer pour fin 2017. C’est un chantier colossal de plus de 800.000 euros, qui plus est sur un édifice bâti au Moyen-Age et classé Monument Historique. Il y a donc forcément des imprévus. Des travaux complémentaires ont donc été décidés : des finitions esthétiques, des vitraux, etc… La Ville sollicitera l’Etat pour une subvention complémentaire.

Réhabilitation de l’ancien théâtre du Parc de la Ramie

Ce très grand bâtiment, datant de l’époque industrielle de la Ville, abrite depuis sa création l’épicerie solidaire « Le Bol d’Air ». Le projet municipal est de regrouper dans ces locaux l’épicerie solidaire, mais aussi le Secours Populaire, qui ne peut plus rester dans ses locaux trop vétustes de la rue du Fourchon, et les associations colombophiles dont le bâtiment du Parc de la Ramie est également d’une grande vétusté. L’ensemble de l’ancien théâtre sera donc refait à neuf, avec en prévision de très importantes économies d’énergie (panneaux photovoltaïque, isolation performante, etc…) Le coût prévisionnel est de 850.000 euros.

Une facture de chauffage en forte baisse !

Grâce à la vente de la Résidence Croizat à LMH (les communes n’ont pas vocation à gérer des logements), la Ville va pouvoir faire de très sérieuses économies d’énergie : - 37.311 euros par an tout de même ! Inutile de dire que cette délibération a été votée à l’unanimité…

Lincrusta

Toujours parmi les questions écrites de M. Drelon, le chantier de construction de logements sur la friche Lincrusta, rue de Burgault. Pourquoi y’a-t-il autant de poussière ? Le maire, Bernard Debreu, a expliqué : « j’avais demandé à l’Etablissement Public Foncier de bâcher les amas de terre. Mais depuis plusieurs mois, il fait très sec, et il s’agit d’un grand chantier qui engendre de la poussière. » Bonne nouvelle en revanche : « En commençant les travaux, l’EPF a constaté que les résidus de pollution avaient disparu depuis les premières études réalisées il y a plusieurs années. »

Rythmes scolaires

C’est le grand débat d’actualité dans toutes les communes ! Le nouveau gouvernement a décidé de… laisser chaque maire de chaque commune de France décider de maintenir la semaine de 4 jours et demi de classe pour les élèves, ou alors de repasser à 4 jours. « C’est une source d’inégalité entre les enfants des différentes communes. Il n’y a plus d’Education Nationale », a regretté Bernard Debreu. Après concertation auprès des parents, des enseignants, et des personnels de la Ville, celui-ci a expliqué : « les parents ont voté à 70% pour le retour aux 4 jours, mais comme il nous reste trop peu de temps pour retravailler un Projet Educatif de qualité, la semaine restera à 4 jours et demi à la rentrée 2017. Au conseil du 12 octobre, je proposerai une délibération pour repasser à la semaine de 4 jours pour la rentrée 2018. » Pour Didier Serrurier, « il faut se donner le temps d’évaluer et de concerter tous les acteurs, en expliquant tous les enjeux avant que les parents ne prennent leur décision. »

Fermeture d’une classe à l’école Michelet

Suite à cette question d’Eric Drelon, le maire a constaté : « il n’y aura plus que 15 inscrits à l’école Michelet à la rentrée dont 9 Seclinois. La fermeture d’une classe est inévitable, malheureusement. » En revanche, une classe ouvrira à l’école Durot et une autre à l’école Jules-Verne à la rentrée.

Véhicules pour transporter les seniors

Dernière question d’Eric Drelon : l’utilisation des deux véhicules de 9 places, qui sont arrivés au Football Club de Seclin, et qui seront partagés à partir de la rentrée avec la Ville. Pendant la semaine, « on pourra envisager de transporter les seniors jusqu’à la Guinguette, de les emmener au marché le lundi sur inscription préalable, ou encore d’utiliser ces véhicules pour les missions particulières, comme les délégations des villes jumelées. »

Création de cavurnes et d’un jardin du souvenir

Les deux jardins du souvenir du cimetière de Burgault étant saturés, un beau projet sobre et esthétique a été conçu par les services municipaux pour la quiétude des familles en deuil : trois puits de cendres et 15 cavurnes (petit caveau individuel pouvant accueillir jusqu’à 4 urnes de cendres) ont été créés au sein du cimetière. La tarification des cimetières a donc été adaptée à ce nouvel équipement (610 euros l’achat d’une cavurne pour 30 ans et 685 euros pour 50 ans, gravure à la charge de la famille).

Une parcelle à Burgault qui fait débat !

Contre toute attente, c’est sur un sujet d’apparence anodin que les débats furent les plus agités : la préemption d’une petite parcelle de terrain située sentier de Templemars-rue des Tilleuls. A la demande expresse des habitants de ce secteur, qui refusent le projet du particulier qui veut s’en porter acquéreur, le maire proposait aux élus d’acheter cette parcelle pour la réserver à la création, à terme, de jardins familiaux.

François-Xavier Cadart conteste « la signature de l’arrêté de préemption sans information préalable des élus ». Antoine Pacini (PS) s’inquiète du projet qu’il considère lié aux Portes de Burgault, et qui demanderait une large concertation. Bernard Debreu conclut : « ceux qui votent contre cette délibération iront s’en expliquer devant les habitants de Burgault ». Effectivement, cette délibération a été rejetée par 18 voix contre sur 33 élus, et la Ville ne pourra donc pas acheter cette parcelle pour en faire à l’avenir des jardins familiaux.

Dénomination de la nouvelle Résidence de la rue Bouchery

Une nouvelle Résidence de 36 logements vient d’être construite sur le site de l’ancienne boulonnerie de Seclin, à l’angle de la rue Maurice-Bouchery et de la rue Marx-Dormoy. Elle portera le nom de « Résidence Maurice-Poissonnier  », pompier de Seclin qui fut lâchement assassiné par les nazis le 2 septembre 1944, à la veille de la Libération de notre ville, alors qu’il allait éteindre un incendie.

Les jeunes de Seclin Méguet partent au Burkina Faso…

Dans le cadre de notre jumelage avec la ville de Méguet, au Burkina Faso, 5 jeunes Seclinois partiront au mois d’août pour une mission de coopération internationale centrée sur le développement durable. Il s’agit d’installer des fours photovoltaïques pour faire cuire les aliments avec l’énergie renouvelable du soleil, au lieu d’épuiser les forêts locales avec la cuisson au bois.

… Et les artistes seclinois en Pologne

Par ailleurs, 17 artistes seclinois partiront dans notre ville jumelle polonaise de Zabrze fin septembre-début octobre, pour un échange artistique, autour de la musique, de la peinture, de la sculpture, et de la littérature.

Opération solidaire « 9 de Cœur »

Un grand projet de solidarité santé-handicap est en cours d’élaboration d’ici la rentrée, au profit de l’association « 9 de cœur ». Parmi les nombreuses animations (nous vous en reparlerons), un spectacle sera donné le 21 octobre à la salle de fêtes au profit de cette association. Il s’agit de la pièce de théâtre « Epinards et Porte Jarretelles 2 » par la compagnie « La Belle Histoire ».

Subvention pour des vacances solidaires

Dans le cadre de la Politique de la Ville, deux associations vont recevoir des subventions pour les aider à boucler leur projet de vacances solidaires, à tous petits prix, qui permettent à de nombreuses familles seclinoises de pouvoir partir en vacances. Il s’agit de Cœur de Femmes : 2.500 euros pour son séjour à Guérande, en Loire Atlantique avec 65 personnes ; et les Ritoudis : 1.500 euros pour son séjour à Crac’h dans le Morbihan avec 38 personnes.