Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > La Ville n’augmente pas ses taux d’impôts

La Ville n’augmente pas ses taux d’impôts


Le Conseil Municipal de jeudi 12 avril était le plus important de l’année : c’était le vote du budget 2018 de la Ville. Au programme des débats : les grands investissements, la masse salariale, les subventions aux associations… mais aussi les tarifs de la restauration scolaire, des accueils de loisirs, des accueils périscolaires, ainsi que le projet d’acquisition d’un terrain rue Jean-Baptiste-Lebas, afin d’agrandir à terme le restaurant scolaire Langevin. Les écoles du centre-ville prennent en effet de l’ampleur, du fait de l’augmentation du nombre d’élèves. C’est aussi pour cette raison qu’une nouvelle salle de classe est en cours de construction au sein de l’école La Fontaine pour 180.000 euros. L’un des investissements importants de cette année.

JPEG - 1.3 Mo
Une classe supplémentaire est en construction à l’école La Fontaine, face à l’augmentation des effectifs dans les écoles du centre-ville

Les taux des impôts locaux

Malgré la baisse des dotations de l’Etat, et malgré la hausse des bases fiscales décidées unilatéralement par l’Etat, la majorité municipale, par la voix de Jean-Rémy Vandevoorde, adjoint aux Finances, a proposé de maintenir les taux des impôts, qui n’ont pas augmenté depuis des années. 25% pour la taxe d’habitation, 28% pour le foncier bâti, 43% pour le foncier non bâti. Les taux ont été adoptés par 21 voix pour sur 33 élus (5 abstentions du groupe Forces Démocrates pour Seclin et absence du groupe Pour Seclin).

Budget 2018

Le prévisionnel des dépenses de fonctionnement s’élève à 19,86 millions d’euros (+ 2,38%), et celui des recettes s’élève à 19,53 millions d’euros (+ 1,33%). En investissement, le budget s’équilibre à 11,33 millions d’euros, avec 2,14 millions de nouvelles dépenses d’équipement. Au niveau des investissements, les réalisations les plus importantes concernent la réhabilitation de l’ancien théâtre du Parc de la Ramie, la nouvelle crèche, la restauration de la Collégiale, la rénovation du CMEM, de la salle des sports Delaune, l’extension de la maternelle La Fontaine, l’accessibilité aux personnes handicapées dans les bâtiments municipaux, l’entretien du patrimoine…

Christian Baclet (FDS – opposition) a pointé « des recettes de fonctionnement en hausse, et une augmentation des dépenses, surtout de personnel municipal. » Même écho de la part de François-Xavier Cadart (FDS), qui dénonce « une augmentation constante des dépenses de personnel » et propose « le non remplacement des départs à la retraite. » Par ailleurs, il s’inquiète de « la baisse sensible de la capacité d’autofinancement, amputée de 1,8 millions d’euros par rapport à 2017. Comment ferons-nous pour financer les projets quand cette cagnotte aura fondu ? Augmenter les impôts ou l’endettement… » Enfin, il souligne « le retrait de la subvention de la MEL pour la nouvelle crèche, soit 2,6 millions de manque à gagner : la crèche va coûter très cher aux Seclinois ! »

Bernard Debreu, le maire, a rappelé que « les dépenses de personnel correspondent aux services rendus aux Seclinois, et à une augmentation automatique liée à l’évolution professionnelle des agents. Il y aussi des dépenses supplémentaires, à cause des fouilles archéologiques, mais qui seront compensées par des recettes l’an prochain. » Sur la subvention à la crèche, « la MEL avait promis cette subvention de 2,6 millions d’euros… avant que la majorité ne change en 2014, et que cette subvention soit annulée. » Or, le projet était déjà lancé, et c’est un besoin pour les Seclinois. Françoise Dumez, adjointe aux Travaux (groupe communistes et républicains), a insisté sur le fait que « le personnel des services techniques a déjà diminué. Par ailleurs, les salaires des agents sont déjà très bas, et les dépenses de personnel sont surtout synonymes de services quotidiens, efficaces et solidaires, que les Seclinois attendent de nous. » Le budget 2018 a été adopté par 19 voix pour et 7 contre (FDS et « Les Républicains »).

Subventions aux associations

Quelque 90 subventions ont été accordées aux très nombreuses associations seclinoises, pour un montant total et stable de 154.273 euros. Eric Drelon (« Les Républicains ») estime que « certaines associations, comme le Secours Catholique, mériteraient davantage ». En revanche, il s’étonne que « les organisations syndicales reçoivent plus que les associations de quartiers, par exemple. »

Eric Corbeaux, premier adjoint (Communistes et Républicains), juge que « les associations de défense de l’emploi jouent aussi un rôle très important, d’autant que nous avons beaucoup de très petites entreprises sur notre territoire, où les salariés ne peuvent pas faire valoir leurs droits. » Stéphanie Leroux, adjointe aux Associations (Communistes et Républicains), rappelle qu’en commission « un travail de fond est en cours avec tous les élus pour répartir les subventions aux associations avec justice et transparence. » Les subventions ont finalement été votées à l’unanimité.

Travaux de la Collégiale

Des travaux imprévus, mais impératifs, viennent s’ajouter au chantier, ce qui explique le délai supplémentaire : les travaux devraient être terminés fin mai. Ce qui explique également la hausse de la facture. En effet, l’entreprise prestataire a découvert des pierres extérieures en très mauvais état et à remplacer rapidement. Il est également nécessaire de compléter les travaux intérieurs sur les pilastres situés entre le chœur et le transept, ainsi que sur les vitraux. Le coût de restauration de la Collégiale s’élève donc au total à 924.744 euros euros. Comme la Collégiale est un Monument Historique, l’Etat verse une subvention équivalente à la moitié de cette somme.

Tarifs 2018

Pour une journée en accueils de loisirs, avec repas compris, les Seclinois paieront entre 1,16 euro et 2,38 euros, selon leurs revenus.

Pour un repas au restaurant scolaire, ce sera entre 45 centimes et 3 euros.

Pour les accueils périscolaires, grande nouveauté : le tarif sera dégressif si l’enfant ne fréquente la garderie que le matin ou le soir. Ainsi, les familles paieront entre 2,80 euros et 4,50 euros si l’enfant est là le matin et le soir ; entre 1 euro et 2 euros si l’enfant n’est présent que le matin ; et entre 2 euros et 3 euros si l’enfant n’est présent que le soir. A souligner : tous ces tarifs restent parmi les plus bas de la région.

Enfin, les bourses communales aux Seclinois scolarisés sont reconduites : 50 euros pour les étudiants post-Bac ; 27,50 euros pour les lycéens ; 16,70 euros pour les collégiens ; 14,50 euros pour les enfants de maternelle de l’école privée.

Achat d’un terrain rue Jean-Baptiste-Lebas

Un particulier vend un terrain de 540 mètres carrés rue Jean-Baptiste-Lebas. Un terrain idéalement situé pour la future extension du restaurant scolaire Langevin, bientôt nécessaire en raison de l’augmentation du nombre d’élèves dans les écoles du centre-ville, comme en témoigne la construction d’une nouvelle classe à l’école maternelle La Fontaine (notre photo). La Ville va saisir l’opportunité d’acheter ce terrain pour 48.600 euros.

« Rythme ma bibliothèque »

Seclin va adhérer à la démarche « Rythme ma bibliothèque », proposée par la MEL. L’objectif est d’étendre les horaires d’ouverture pour coïncider au mieux avec les besoins des lecteurs, et d’améliorer encore le service. Ainsi, la bibliothèque de Seclin ouvre désormais jusqu’à 19 h du mardi au vendredi, et le samedi de 10 h à 17 h sans discontinuer. En prévision également, la mise en place d’une boîte de retour des ouvrages, accessible même quand la bibliothèque est fermée, et le développement des services en ligne (abonnements à des magazines sur internet, formations en ligne).

Encore un trophée national !

En matière de développement durable et de transition énergétique, Seclin sait faire ! Ainsi, Alain Fruchart, adjoint à ces thématiques, a annoncé que notre ville venait d’obtenir le premier prix au niveau national sur la réduction des gaz à effet de serre, dans la catégorie des communes qui n’ont pourtant aucune obligation réglementaire en la matière. Un exemple à suivre !