Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > La Ville investira sans augmenter les impôts

La Ville investira sans augmenter les impôts


Le débat d’orientation budgétaire 2013 a suscité des débats passionnés et passionnants, jeudi 14 février, lors du conseil municipal. La situation financière très saine de Seclin va permettre de bâtir de nouveaux projets sans augmenter la part communale des impôts. Etude pour la construction du centre culturel, travaux de consolidation de la collégiale, rénovation de la piscine, accessibilité aux bâtiments communaux, entretien du patrimoine, mais aussi étude pour la réalisation d’une piste d’athlétisme, extension de l’Espace Communal Mouchonnière, attribution d’une bourse aux étudiants seclinois post-bac, instauration d’une prime à l’installation de chauffe-eau solaires et de cuves de récupération des eaux de pluie… Autant de projets qui feront encore bouger Seclin tout au long de cette année. Parmi les autres délibérations, figure également le report à septembre 2014 de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, afin de pouvoir consulter plus sérieusement les parents et les enseignants.

Pas d’augmentation de la part communale des impôts

Dans un contexte marqué par une forte baisse des dotations de l’Etat aux collectivités comme Seclin (- 1,5 milliards d’euros en 2014 et – 1,5 milliards en 2015 au niveau national), qui menacent la capacité d’investissement des collectivités, Jean-Rémy Vandevoorde, adjoint aux Finances, a dessiné les contours très sains de la gestion seclinoise. Ainsi, l’excédent de la section de fonctionnement s’établit à 9,6 millions d’euros, ce qui permettra largement d’abonder la section d’investissement sans devoir dépendre des emprunts bancaires et sans s’endetter. « Les chiffres officiels pour la période 2008-2011 sont visibles sur plusieurs sites internet : MINEFI, Courrier des Maires, BERCYCOLOC », a indiqué le spécialiste des finances publiques, en détaillant quelques données pour le moins éloquentes. « La progression plus rapide des produits par rapport aux charges permet un autofinancement supérieur de + 17,05% par rapport à la moyenne départementale des communes de même taille que Seclin », a commenté Jean-Rémy Vandevoorde, avant d’ajouter : « l’endettement de la commune s’élevait fin 2012 à 66 euros par habitant pour une moyenne de 789 euros dans les autres villes comparables ».Grâce à cette situation budgétaire nettement meilleure que dans la grande majorité des villes de 10.000 à 20.000 habitants, « nous proposons de ne pas augmenter les taux des impôts locaux en 2013 », a souligné Jean-Rémy Vandevoorde. Cela ne veut malheureusement pas dire que les impôts n’augmenteront pas… En effet, comme l’a rappelé l’adjoint aux finances, des « dispositions nationales, comme la suppression de la demi-part fiscale des veuves et veufs, instaurée à la fin de l’ancien quinquennat, pèsera lourdement sur les impôts de ces très nombreux foyers ». François-Xavier Cadart, pour l’opposition, a également insisté sur « l’augmentation des valeurs locatives de 1,80%, ce qui fera augmenter mécaniquement les impôts des Seclinois. »

Les projets pour 2013

La rénovation globale de l’intérieur de la piscine sera l’un des événements phare de cette année, avec un budget de 2 millions d’euros à la clé, dont la moitié financée par la Communauté Urbaine. Les travaux de consolidation de la collégiale mobiliseront quant à eux 640.000 euros, et l’étude sur le futur centre culturel de la rue Marx-Dormoy 600.000 euros. La prise en compte du handicap s’accélèrera aussi en 2013, avec une somme d’environ 350.000 euros réservée à l’accessibilité des bâtiments communaux, tandis que l’entretien du patrimoine nécessitera 500.000 euros. Parmi les nouveaux projets, Jean-Rémy Vandevoorde a cité « l’étude de faisabilité d’une piste d’athlétisme au stade Durot, l’extension de l’Espace Communal Mouchonnière subventionnée pour moitié par la Région, l’attribution d’une bourse de 50 euros à tous les étudiants post-bac habitant Seclin, ou encore l’instauration d’une prime de 75 euros par mètre carré pour les chauffe-eau solaires, et de 50 euros par mètre cube pour les cuves de récupération des eaux de pluie. »

Un débat passionné

Le Débat d’Orientation Budgétaire et le vote du Budget, sont les deux temps forts de la vie municipale. C’est à ce moment-là que se confrontent les idées de la majorité et de l’opposition. Dans son intervention, François-Xavier Cadart, du groupe d’opposition, a d’abord fustigé « le débat de politique nationale qui n’a pas lieu d’être ici », puis – une fois n’est pas coutume – il a remercié le maire de « nous avoir enfin adressé cette année une note de synthèse chiffrée (…) permettant un débat construit ». Il a ainsi annoncé qu’il allait donc mettre un terme à l’une des nombreuses actions de justice intentées contre la Ville, à savoir la contestation du budget 2012 devant le Tribunal Administratif. Il a aussi acquiescé à « l’étude de faisabilité d’une piste d’athlétisme, idée que nous avancions déjà lors de la campagne des municipales de 2008 », ainsi qu’à la politique de tarifs très accessibles pratiquée à Seclin depuis des lustres, aux travaux de la collégiale, et au projet de rénovation de la piscine. En revanche, concernant les bourses communales de 50 euros pour les étudiants, même s’il est encore impossible d’évaluer le nombre de bourses distribuées et donc l’incidence sur le budget communal, M. Cadart « estime qu’une impulsion plus importante doit être donnée vers les jeunes Seclinois, et plus particulièrement ceux désireux de créer leur entreprise ». C’est ainsi que l’opposition a proposé la création d’une ruche d’entreprises, puis est revenue sur « la création d’une police municipale », qui selon elle, « ne nécessite aucune augmentation d’impôts ». Didier Serrurier, pour le groupe socialiste (majorité), et Michel Autès, pour le groupe Europe Ecologie Les Verts/Ecologistes, ont quant à eux démontré que « la politique nationale et européenne a une incidence très concrète dans la vie quotidienne des Seclinois », ne serait-ce que lorsque l’Etat baisse de manière drastique les dotations aux collectivités. Ils se sont également réjouis de la capacité de Seclin de continuer à investir dans un tel contexte financier. Eric Corbeaux, pour le groupe communiste et républicain, n’a pas dit autre chose, en confiant sa « fierté de voir Seclin pouvoir aller de l’avant, et engager de tels projets d’avenir ». Regrettant l’absence des élus d’opposition aux dernières commissions municipales, le premier adjoint a déclaré ne pas vouloir polémiquer sur la question de savoir qui a eu le premier l’idée de la piste d’athlétisme… tout en se demandant sur le ton de la plaisanterie si ce n’est pas M. Cadart qui aurait eu le premier l’idée de construire la collégiale… Bernard Debreu, le maire, a terminé le débat en observant qu’une très grande partie des projets comme la politique tarifaire font consensus. Concernant la police municipale, il a rappelé qu’une « étude très sérieuse réalisée en 2008 concluait au doublement des effectifs si l’on voulait créer une police municipale. Cela représente un coût exorbitant, et d’autres communes proches de Seclin ont fait le même choix de privilégier un Service Municipal de Prévention Urbaine ». Puis Bernard Debreu de conclure : « je découpe depuis septembre tous les articles de presse sur les faits divers, et je peux vous affirmer que tous les jours, des faits divers graves se produisent dans les communes alentour qui sont pourtant dotées d’une police municipale. »

La semaine de 4 jours et demi à la rentrée 2014

Autre décision importante prise par les élus du conseil municipal : le report à la rentrée scolaire 2014 de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Comme l’a en effet expliqué Philippe Baudet, adjoint à l’Enseignement, « pour permettre une véritable concertation avec l’ensemble des partenaires, et proposer un Projet Educatif Territorial de qualité au profit des enfants », il est nécessaire de prendre le temps de la réflexion avec les parents, les enseignants, et tous les services de la Ville concernés par l’enfance et la vie scolaire.