Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > L’Hôtel de Ville prend des airs d’estaminet

L’Hôtel de Ville prend des airs d’estaminet


JPEG - 76.4 ko
L’arrivée du piano automatique à l’Hôtel de Ville

Le piano automatique du début du XXe siècle, appartenant à la famille Vandecasteele, de Seclin, a pris ses quartiers dans le hall de l’Hôtel de Ville, lundi 10 février, à l’initiative du maire, Bernard Debreu, de Nelly et de Bruno Vandecasteele.

L’ancêtre du juke-box

JPEG - 76.1 ko
Le montage du piano bastringue par Patrick Desnoulez, spécialiste de la restauration de ce genre d’instruments du début du XXe siècle

En présence du maire, Bernard Debreu, de Robert Vaillant, conseiller délégué, de Pascal Thibaux, directeur du Centre Municipal d’Expression Musicale, et de Nelly Vandecasteele, c’est Patrick Desnoulez, de la « Ferme des Orgues » à Steenwerck, spécialiste de la restauration d’instruments mécaniques, qui a réparé, installé et montré le fonctionnement de ce très bel instrument sous forme d’armoire en bois. « Il s’agit d’un bastringue de bistrot de l’époque de 1914. C’est un peu l’ancêtre du juke-box, un instrument rare et de très belle qualité », juge le spécialiste.

Un souvenir de Désiré Debruyne

JPEG - 79.3 ko
Le piano, tel que vous pouvez le voir désormais dans le hall de l’Hôtel de Ville. Le maire, Bernard Debreu, entouré de Patrick Desnoulez, Nelly Vandecasteele, Robert Vaillant, conseiller municipal, Pascal Thibaux, directeur du CMEM, et Wilfrid Tocque, directeur général des services de la Ville

Nelly Vandecasteele était ravie de revoir ce souvenir de famille exposé au regard de tous les Seclinois. « Mon grand-père, Désiré Debruyne, plaçait des jeux et instruments dans les cafés, notamment à Seclin. Cet instrument, nous l’avons retrouvé dans un ancien café qui se trouvait à l’entrée Sud de la ville, puis nous l’avons gardé dans la famille, tantôt chez moi, tantôt chez mon fils, Bruno, très attaché à ce piano automatique dont mon père jouait pour amuser ses petits-enfants », raconte Nelly, toujours souriante. Bernard Debreu, est tout aussi heureux de pouvoir faire profiter les Seclinois de ce trésor. « Chaque année, Nelly organise chez elle la Fête des Voisins pour son quartier, et depuis des années, je l’encourageais pour que ce piano automatique soit exposé au regard du public », explique le maire, qui a signé une convention d’exposition avec la famille Vandecasteele, toujours propriétaire de l’instrument. Désormais, pour les grandes occasions, l’Hôtel de Ville pourra prendre des airs d’estaminet !