Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > « Je veux l’échangeur de Templemars »… plus que jamais !

« Je veux l’échangeur de Templemars »… plus que jamais !


« On veut l’échangeur de Templemars… c’est urgent ! » Tel est le message qu’ont tenu à faire passer lors d’une conférence de presse, vendredi 25 octobre, Bernard Debreu, maire de Seclin et président du SIVOM Grand Sud de Lille, Frédéric Baillot, maire de Templemars, Hervé Verbrugge, maire de Vendeville, Alain Pluss, maire de Wattignies, ainsi que de très nombreux représentants du monde économique : Philippe Hourdain, président de la Chambre de Commerce Grand Lille (excusé ce jour-là), René Rohart, président de l’association de Seclin-Unexpo, accompagné d’entrepreneurs du parc et la famille Sterckeman, à l’origine de l’Unexpo, François Vuillet-Petite, directeur général de Frey (So Green), les représentants de Leclerc, Pierre Sézille de Mazancourt, président de l’association de la Zone Industrielle, accompagné des membres du bureau, ainsi que les représentants du parc d’activités de Templemars. Le projet d’échangeur, accepté par le Ministre des Transports, est lancé, mais il n’avance pas assez vite, comme le constatent toutes les parties prenantes à la conférence de presse. Elles demandent rendez-vous au Préfet pour débloquer les derniers freins qui pourraient subsister.

JPEG - 92.7 ko
Les élus et le monde économique demandent rendez-vous au Préfet pour faire avancer l’échangeur de Templemars

Il y a un an, fin 2012, le Ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, accédait à une très ancienne revendication de la population, des Maires, et de la totalité du monde économique du Sud de la Métropole : la réalisation de l’échangeur autoroutier sur l’A1 à hauteur de Templemars, indépendamment d’un éventuel contournement sud-est de Lille.

Depuis, quelques réunions techniques ont bien eu lieu entre l’Etat, la Communauté Urbaine, et le Conseil Général… « Mais le projet d’échangeur n’avance pas comme il devrait et comme il le faudrait », déplore Bernard Debreu, maire de Seclin et président du SIVOM Grand Sud de Lille, dont les 33 communes adhérentes sont d’accord sur le principe du nouvel échangeur. De même du côté de Lille Métropole Communauté Urbaine, dont la présidente, Martine Aubry, appuie personnellement le dossier et prévoit d’écrire de nouveau au Préfet pour le faire avancer.

A l’horizon 2017

En théorie, rien ne s’oppose à la création de l’échangeur dans les meilleurs délais puisque « toutes les études préalables existent déjà, et il suffit maintenant d’envoyer le projet au Ministère des Transports. Ensuite, une enquête publique sera ouverte avant le lancement des appels d’offres, et les travaux », explique Bernard Debreu, en évaluant l’entrée en fonction de l’échangeur en 2017 si tout se déroule normalement.

L’échangeur essentiel au développement

JPEG - 83.4 ko
Les maires du Sud Métropole unis pour que leurs habitants et les salariés des entreprises puissent circuler

Comme ont pu le souligner tous les maires et responsables économiques présents : « le Sud de la Métropole est appelé à se développer dans les domaines économique et démographique. Or, l’échangeur de Templemars est une condition sine qua non à ce développement ».

Des efforts sur les transports collectifs

En attendant de pouvoir compter sur l’échangeur de Templemars pour irriguer les zones d’activités et d’habitation du Sud Métropole, les maires travaillent à la « construction de logements de proximité pour loger les salariés des parcs d’activités », et avec Lille Métropole Communauté Urbaine pour « proposer une meilleure offre de transports collectifs, comme avec la gare pôle d’échange de Seclin, dont les travaux doivent démarrer en 2014, l’amélioration du réseau de bus dans les zones, et le futur tramway entre Seclin et Lille, qui passera par Wattignies/Templemars et Faches-Thumesnil. »

Toutes ces solutions sont utiles, mais ne peuvent pas fonctionner les unes sans les autres. « Il faut l’échangeur et il faut les transports collectifs : les solutions doivent s’additionner », estiment les élus et entrepreneurs. Pour faire avancer plus vite les choses, ils demandent une rencontre avec le Préfet.