Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Gens du Voyage : le Préfet reçoit les maires

Gens du Voyage : le Préfet reçoit les maires


JPEG - 79.4 ko
Le maire, Bernard Debreu, et le responsable du Service Municipal de Prévention Urbaine, à la sortie de la Préfecture, après la rencontre sur le problème des installations sauvages de caravanes

Dans toutes les communes du Sud de la métropole, le problème de l’installation sauvage de caravanes sur des terrains publics ou privés (zones d’activités économiques) s’aggrave depuis plusieurs mois, avec des dégradations, des vols, et parfois de la violence. Face à cette situation inadmissible et de plus en plus tendue, les maires du Sud de la Métropole (Seclin, Lesquin, Wattignies, Templemars, Vendeville, Noyelles-lez-Seclin, Chemy), à l’initiative du maire de Seclin, Bernard Debreu, ont demandé à rencontrer le Préfet de Région, accompagné des responsables régionaux de la police et de la gendarmerie.

Renforcer la loi

Cette rencontre s’est déroulée lundi 30 juin, avec également le député et les responsables des zones d’activités économiques. « Les habitants de nos communes et les chefs d’entreprises ne peuvent plus supporter les intrusions sauvages de caravanes et les exactions constatées. Pourtant, Seclin est en règle avec la loi Besson, et dispose d’une aire d’accueil officielle des gens du voyage. Il faut donc trouver un moyen de renforcer la loi, afin que la police puisse intervenir plus efficacement. Si on saisissait les avoirs ou les véhicules des auteurs d’actes de délinquance, il y aurait sans doute moins de problèmes », a proposé Bernard Debreu, en réclamant aussi un renfort des forces de police.

Rencontre avec le Procureur

Le Préfet a reconnu qu’en l’absence de forces de police en nombre, il était impossible d’empêcher l’installation sauvage des caravanes. Il a proposé de créer un poste d’agent de médiation « gens du voyage » en Préfecture, et va se mettre en relation avec le Procureur de la République, que les maires rencontrent justement le 9 juillet, afin de bâtir une stratégie destinée à enrayer le phénomène des installations sauvages.