Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Des lycéens seclinois rencontrent le journaliste iranien Shahsavar (...)

Des lycéens seclinois rencontrent le journaliste iranien Shahsavar Roohollah


Vendredi 21 février, le journaliste iranien Shahsavar Roohollah est venu discuter avec une dizaine d’élèves de seconde électrotechnique du lycée professionnel Les Hauts de Flandre de Seclin. Une rencontre à l’occasion de l’opération "Renvoyé Spécial" qui cherche à sensibiliser les lycéens à la liberté d’expression et au pluralisme dans les médias. Un rendez-vous passionnant entre l’homme de lettres et les élèves qui a permis d’échanger sur le métier de journaliste et de la condition d’exilé politique.

4 ans, loin de ses proches

Le jeune trentenaire a dû fuir son pays en 2009. Depuis 4 ans, Shahsavar Roohollah vit loin de sa famille. Sa faute ? Avoir écrit et participé aux manifestations de l’opposition lors des élections présidentielles iranienne de juin 2009 qui avaient reconduit au pouvoir Mahmoud Ahmadinejad. "J’ai été emprisonné 10 jours, avant les élections, souligne-t-il. Ensuite, j’ai été plusieurs fois arrêté par la police. Après les résultats, j’ai été condamné à de la prison ferme. J’ai dû partir".

Manifester, écrire, bref donner son opinion, des actes anodins en France. En Iran, son militantisme lui coûtera d’être condamné à 3 ans de prison. "Vous avez énormément de chance de disposer de la liberté d’expression, a-t-il confié à l’auditoire. Réfléchissez-y et utilisez-là".

Ouvrir les consciences

Les étudiants, avant cette rencontre et dans le cadre de leurs cours, avaient travaillé sur l’histoire de la Perse, de l’Iran et préparé de nombreuses questions que le conférencier n’a pas boudées. "Ce genre de débat, confirment les enseignants, permet d’ouvrir à la conscience citoyenne. D’éveiller et de faire grandir nos élèves." Mission parfaitement atteinte pour ce moment fort, intense qui avait été organisé par Mme Couchot, professeur documentaliste, Mme Demont, professeur de français et M. Deschuytter, enseignant en histoire, et avec le soutien de la Maison des journalistes (MDJ), le CLEMI et le soutien financier de Presstalis.