Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Des arbres à haute tige d’essences régionales replantés

Des arbres à haute tige d’essences régionales replantés


L’abattage d’arbres sur le site Marguerite de Flandre (ancienne maternité) et allée du Bois de l’Hôpital a suscité une polémique sur Facebook en fin de semaine dernière.

Des Seclinois, très attachés à notre patrimoine, s’en sont légitimement émus. Voici les explications et la réalité du projet.

Tout d’abord, la totalité du site Marguerite de Flandre et de l’allée du Bois de l’Hôpital a été vendue par le Groupe Hospitalier Seclin Carvin – ancien propriétaire – à des promoteurs, notamment Kaufman and Broad.

Pour ce qui concerne l’ancienne maternité, le site abritera à terme un restaurant. Afin d’aménager ce site, un parking sera construit, d’où l’abattage d’arbres, autorisé par la Direction des Affaires Culturelles (DRAC - Ministère de la Culture) dans le permis de construire accordé au promoteur.

D’autant plus autorisé que sur l’ensemble du site Marguerite de Flandre, 121 nouveaux arbres d’essences régionales et de haute tige (plus de 2 mètres de haut) seront plantés, soit 54 arbres de plus qu’avant la vente de Marguerite.

JPEG - 2.1 Mo
Le site de l’ancienne maternité, allée des Marronniers

Tous les frênes condamnés à court terme

Pour ce qui concerne l’allée du Bois de l’Hôpital, l’abattage des frênes est rendu indispensable du fait de la « chalarose », la maladie qui touche tous les frênes de la région. Tous les frênes de la région sont donc malheureusement condamnés à court terme… et un arbre mort peut tomber sur un passant, une voiture, une maison...

JPEG - 1.9 Mo
Allée du Bois de l’Hôpital

Un rapport de l’Office National des Forêts préconise donc à Kaufman and Broad l’enlèvement de ces frênes. La replantation d’autant d’arbres d’essences régionales de haute tige (plus de 2 mètres de haut) est de toute façon obligatoire dans le cadre du permis de construire accordé, et visé par la DRAC.

JPEG - 990.4 ko
L’Office National des Forêts préconise l’enlèvement des frênes au profit d’essences locales